Art Naïf

 L’Art Naïf

La collection d’Art Naïf s’est constituée dès la création du Musée Daubigny. Il était important pour les membres fondateurs de se démarquer des musées traditionnels et de montrer un art populaire accessible à tous. La générosité des artistes qui ont été cooptés, a permis de rassembler un ensemble cohérent d’œuvres de grande qualité.

Le peintre naïf est principalement autodidacte. Il compose souvent avec ses « propres recettes » pour pallier à un manque de technicité. La frontière avec l’Art Brut est souvent aléatoire, aussi le Musée s’est principalement attaché à solliciter les artistes qui se rapprochent d’une figuration dite naïve. Ces « peintres de l’Eternel dimanche » comme aimait le dire l’écrivain Anatole Jakovsky, surnommé le Pape des naïfs, sont des artistes de l’instinct et de l’élan vital.

Dans l’univers de ces poètes du quotidien, vous pourrez découvrir, entre autres, Antun Bahunek le pointilliste, les sirènes de Nina Barka, la spontanéité d’André Demonchy et d’André Salaün, le monde inspiré de Bruno Epple, la force poétique de Louise Gattet et de Mady de la Giraudière, la méticulosité de Lucien Vieillard, les élégantes de Sophie Sirot, les sculptures de Luis Figueiredo et Robert Noël. Le musée Daubigny a également reçu en donation l’important fond d’atelier de Jean-Pierre Lagarde, visionnaire onirique qui aime se qualifier de Primitif Moderne.

Des œuvres de la collection d’art naïf du musée Daubigny ne sont présentées que lorsque le thème de l’exposition temporaire le permet.