Expositions 2014

Hommes et bêtes dans la tourmente : carnets de poilus

Du 20 septembre au 21 décembre 2014

dessin, Musée de la Grande guerre de Meaux

dessin, Musée de la Grande guerre de Meaux

Malgré le développement de nouvelles technologies appliquées au combat, la guerre mobilise aux côtés des hommes un nombre considérable d’animaux. Hommes et bêtes sont unis dans les tranchées ou dans les zones occupées et subissent les mêmes atrocités. Souvent polyvalents, les chevaux, les mulets, les chiens, les pigeons remplissent des tâches variées pour la cavalerie, le transport, le ravitaillement, la communication ou encore les services sanitaires. Canaris et grillons sont également mobilisés, l’arrêt de leur chant prévient de la présence de gaz toxique… Ennemis sournois, les nuisibles minent le moral des troupes. Fidèles compagnons ou mascottes de régiment, les animaux permettent aux soldats de s’accrocher à la vie.

Les carnets de poilus font revivre cette union à la vie, à la mort.

Photographies et cartes postales anciennes, dessins pour la plupart inédits provenant de collections des musées du Havre, de Reims, de Meaux… illustrent l’exposition. Ce sera aussi l’occasion de mettre au jour un pan de l’œuvre du peintre et architecte Paul Guion (1881-1972), qui a passé une grande partie de sa vie en Algérie mais a fini ses jours dans le Val d’Oise, à Boissy-L’Aillerie. Ces dessins, accompagnés d’images de propagande, telles celles de Benjamin Rabier, et de témoignages littéraires, permettront aux visiteurs de lire, sous un autre angle, une page d’histoire de la Grande Guerre.

Savez-vous que Winnie l’Ourson a été la mascotte de la deuxième brigade d’infanterie canadienne avant de devenir le héros des films de Walt Disney ? Que Rintintin, le chien du célèbre feuilleton, a été adopté sur le front de Lorraine par un officier américain ?

Du 5 avril au 31 août 2014
Un Chemin vers la couleur

 

Otto Freundlich

Otto Freundlich, Composition inachevée, Musée de Pontoise

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans plusieurs lettres à son frère, Vincent van Gogh annonce l’arrivée d’une nouvelle génération de peintres pour qui la couleur sera fondamentale. Lui-même dit avancer dans cette direction grâce à son séjour dans le midi : « Car au lieu de chercher à rendre exactement ce que j’ai devant les yeux, je me sers de la couleur plus arbitrairement pour m’exprimer fortement. »

L’exposition présentée au musée Daubigny est réalisée en partenariat avec le musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence. Elle permettra au public de découvrir ou de redécouvrir notre richesse patrimoniale et culturelle à travers la figure emblématique de Van Gogh, tout en montrant la diversité et le dynamisme des propositions artistiques contemporaines. Des œuvres d’Otto Freundlich, Alechinsky, Corneille, André Marchand, Louis Peeters, Albert Lauzero, Georges Choquet Perez, François Hilsum, André Maurice… dialogueront entre nord et sud, formes et couleurs.
L’exposition se déploie en trois volets :

  • Un espace didactique dans lequel sera proposée une interprétation des œuvres de Van Gogh peintes dans les Alpilles et à Auvers-sur-Oise, ceci en résonance avec l’espace que propose le musée Estrine à Saint-Rémy-de-Provence.
  • La présentation d’œuvres contemporaines de peintres pour lesquels la forme et la couleur sont au cœur de leur inspiration, tout comme elles l’étaient pour Vincent van Gogh.
  • Le regard contemporain d’Olivier Verley qui a saisi la structure et la magie des paysages du Vexin qui ont fasciné les peintres.
Publicités